Sous-développement de l’Afrique: De la famille au sommet de l’état. 


​Certains ont donné la preuve de nombreux pays africains en proie à de vastes conspirations dont on ignore souvent les vraies sources. Certains Africains ont conclu que la France Serait alors à redouter dans toute politique africaine qui force le décollage pour une vraie indépendance sous quelque forme que ce soit. Le même constat est aussi vrai pour beaucoup de pays occidentaux. Certains Africains se félicitent déjà de ce que la France commence par perdre le contrôle des nations africaines. Mais est-ce vrai? Est-ce la solution apogée au mal africain ? Pas du tout ! Nous y reviendrons plus loin dans ce livre. De mon livre traitant des vraies causes et solutions de la misère africaine (Holou, 2007b), il ressortait que l’Afrique souffre d’une crise intellectuelle, démographique et spirituelle. En effet, au delà des actions négatives des puissances étrangères, I’Afrique sombre non seulement à cause de la mauvaise gestion et gouvernance de ces intellectuels certes, mais aussi à cause des actions diaboliques sur ce continent. Depuis la famille jusqu’au sommet de l’état, l’Africain a encore de grands défis à relever. En effet, beaucoup d’Africains ont peur de réfléchir ou ne veulent pas le faire. Beaucoup ont peur de parler ou ne veulent ou ne peuvent pas le faire. Beaucoup ont peur d’agir ou ne veulent pas le faire ; beaucoup de dirigeants sont des tarés et ne veulent pas apprendre. Beaucoup ont la connaissance mais ne veulent ou ne peuvent pas appliquer leur savoir. Beaucoup de religieux sont tellement accrochés à des visions étriquées qu’ils ont oublié la gestion de la cité, comme ce chrétien qui dit que la politique est pour le diable. Au-delà de tous, plusieurs intellectuels sont « bloqués ». Quand on sent que quelqu’un veut devenir quelque chose, on l’élimine ou on le rejette. Beaucoup de compétences sont bafouées ; les cerveaux sont peu promus et peu écoutés. Pendant que plusieurs politiciens sont peu techniques, maints techniciens avérés ne veulent pas se mêler à la politique. Quand les dictateurs vont au pouvoir, ils font ce qu’ils veulent et ferment la bouche aux intellectuels. Quand les politiciens sont au pouvoir ils écoutent peu les techniciens ; quand les techniciens prennent le pouvoir, ils agissent tout comme si tout était technique. A chaque étape décisive du développement de l’Afiique, il y a toujours un maillon qui manque. De plus, il y a un syndicalisme radical et une opposition politique qui tuent l’Afrique. Beaucoup ne veulent contribuer au succès des actions n’allant qu’à leur crédit. Pire, il y a une mentalité africaine erronée qui a cloué l’Afrique et qui ne permettra jamais l’essor et le décollage de ce continent. Par exemple, pendant que les compétents bras valides pouvant faire différence chôment à la maison et traînent dans les rues avec leur savoir, les fainéants sont promus par leurs proches à des postes très importants et sensibles. Au lieu de laisser les Africains réfléchir euxmmêmes pour améliorer leurs systèmes de production et leur ajouter de la valeur, beaucoup ne cessent de les ignorer au profit des technologies importées, pendant que les efforts, les talents et compétences endogènes sont peu encouragés ou promus. Au même moment, les frais de mission et les per diem des « Grands » ont dévalisé l’Afrique du peu disponible, au détriment des pauvres « innocents paysans» qui meurent sous le soleil du midi.

Par: Roland A Y Holou 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s